La créativité intrigue, interpelle. Nous aimerions bien tous être créatifs. Alors dans cet article, j’essaie de vous expliquer comment elle se manifeste chez moi, et peut-être que ces quelques clefs pourront vous être utile pour être vous-même plus à l’écoute de petits signes intérieur, savoir comment polir votre diamant intérieur afin de laisser émerger et rayonner toute votre brillance. C’est sans doute l’une des actions les plus utiles pour notre cocréation humaine et notre planète.

Introduction

C’est bien présomptueux et difficile d’écrire sur la créativité mais je veux bien tenter l’exercice. En plus avec une date imposée. Pourquoi pas, il n’y a pas d’enjeu, pas de « potentiel excessif », c’est un peu comme la création de réalité, sans cette focalisation excessive, cela peut marcher. Je referme l’ordinateur. En quelque sorte, je viens de formuler ma demande à l’Univers, de façon simple, « je vais écrire un article sur la créativité d’ici mardi soir ». Nous sommes dimanche, nuit bien entamée, 22h43.

Si je devais définir la créativité en mots

creativite_ecritureLa première idée qui me vient c’est une série de mots, comme des bulles qui éclatent en tous sens : impérieuse, insistante, c’est quand elle veut, à prendre ou à laisser, incontrôlable, indomptable, tyrannique, fatigante, intuitive, terriblement efficace, généreuse, abondante, belle, féminine, s’improvise, s’apprivoise, la tête dans les nuages, ténue, mutine, légèrement capricieuse, gaie, amusante, fragile, ne pas la tuer dans l’œuf, loufoque, géniale.

 

Créativité et Cocréation

créativité petite filleOasis des 3 Chênes, lundi à l’aube, 6h. Les phrases se bousculent déjà dans ma tête. J’ai encore envie de dormir, j’ai le ventre en vrac mais non, il faut que je me lève. Je baille un peu, les yeux ont du mal à s’ouvrir et pleurent un peu mais je sais que c’est maintenant ou jamais. C’est comme cela avec la créativité, c’est quand elle l’a décidé. Elle vient alors qu’on ne l’attend pas comme une petite fille qui te tire par la manche avec insistance : « Tu viens ? ». Mon conseil si elle vient vous tirer la manche : « Vous feriez mieux de l’écouter ! ». Sur le moment, c’est vrai que l’on n’a peut-être pas envie, c’est pour cela que je dis qu’elle est fatigante. Elle me réveille presque toujours en faisant son apparition la nuit. Alors on pourrait dire qu’elle m’enlève des heures de sommeil mais finalement, n’est-ce-pas l’inverse ?

créativité citation6h35, Si je me lève comme je viens de le faire, que je mets à son écoute, je n’ai qu’à prendre le stylo, quelques pages blanches et c’est parti pour 45 minutes non stop, de jolies phrases toutes fluides qui s’allongent sans effort. C’est un peu comme cette belle rencontre que je vous invite à lire ou relire « Femme qui court après la renarde », improbable mais vraie, un joli cadeau de la Nature.

Je dirais que la créativité c’est un peu comme la cocréation avec l’Univers, elle s’apprivoise, s’improvise, il faut apprendre à la connaître et surtout lui laisser la place au bon moment.

 

Laisser la place à la créativité, la tête dans les nuages

Quand la créativité se présente, il faut donc tout laisser en plan, ne pas parler, juste filer. C’est à ce moment là que l’on peut dire de vous, de moi : « Elle a encore la tête dans les nuages », « Murielle ? Elle est ailleurs ». En l’occurrence, çà serait plutôt que je suis allée faire un aller-retour dans le monde du dessous, aller chercher quelques pierres précieuses et remonter à la surface triomphante (*), reprendre une bonne bouffée d’air et exulter radieuse un « Euréka ! ». S’isoler, foncer sur son cahier, et coucher sur papier ces belles idées toutes fraiches. Mon astuce : si vous n’avez pas de quoi noter à ce moment, enregistrez de suite vos idées avec la fonction dictaphone de votre téléphone… et mettez-les sur papier en rentrant … et pas 3 mois après !

Attraper le fil de la créativité

Parfois je me dis que le métier d’écrivain ne doit pas être facile si c’est comme pour moi et qu’il faut tout le temps se lever discrètement la nuit pour ne pas réveiller Jorge. Mais finalement, est-ce vraiment gênant ? C’est possible de faire une sieste de lendemain et comme en ¾h la nuit j’écris l’équivalent de 1 à 3 articles qui normalement me prendraient chacun 2 à 3 heures, c’est tout à fait acceptable de se lever.

Le conseil suivant serait de ne pas parler lorsqu’elle arrive, le fil est ténu, il ne faut pas lâcher le fil et tirer dessus, se concentrer là-dessus et sur rien d’autre. C’est, vous voyez, un peu comme vos rêves le matin, vous vous en souvenez et paf ! plus rien. Là, c’est pareil. Alors mon conseil c’est un gros « Chuuuutttt ! ». Comme pour les rêves, parfois, lorsque Jorge est réveillé avant moi (bon, pour être honnête, il est TOUJOURS réveillé avant moi, … je suis une vraie marmotte), lorsque je me réveille, si j’ai un bout de fil de rêves importants, je mets juste le doigt devant la bouche, Jorge sait qu’il ne faut pas me parler et là çà marche, j’ai un bout du fil, la fin, je tire et je remonte doucement à l’envers. Je referme les yeux et je me remémore toutes les scènes dans l’autre sens, c’est en général assez facile. La différence avec la créativité, c’est qu’avec elle, le fil est dans le bon sens. Il faut se concentrer uniquement et exclusivement sur le fil et le suivre.

Alors, évidemment, vous me direz « bon ok, la nuit, çà va, discrètement je me lève, c’est facile mais la journée ?». Ce que j’ai fait, si cela peut vous inspirer, c’est de prévenir avec anticipation vos proches « tu sais, il peut arriver que subitement j’ai une idée et lorsqu’elle arrive, il faudra m’excuser mais j’ai absolument besoin de ne pas être là quelques instants, de la noter tout de suite avant qu’elle ne file. C’est important pour les articles que je rédige ». Une fois que c’est dit, c’est beaucoup plus facile de dire sur le moment : « excuse-moi, juste quelques minutes, je ne suis pas disponible » et hop, tu files, c’est aussi facile que cela, attraper le fil et ne pas le laisser filer.

 

Vous avez apprécie cet article ? N’hésitez pas à me poster un commentaire en-dessous, c’est fait pour. 

Cet article fait partie d’un carnaval d’articles sur la créativité organisé par Céline du Blog « La musique et vous« , qui donne des conseils pour apprendre la musique à tout âge.

La semaine prochaine, vous pourrez lire la suite de l’article : la créativité en cuisine (ou comment je compose une « sauce Murielle » à tomber par terre), ah je vois déjà le sourire des personnes qui sont passées à l’Oasis et qui reconnaissent des expressions déjà entendues ! Vous pourrez aussi découvrir ou redécouvrir l’importance de la focalisation, être dans l’action. Et enfin, la créativité, une étincelle fragile chez les enfants. A bientôt !

(*) Référence à un livre que j’apprécie beaucoup « Femmes qui courent avec les loups » de Clarissa Pinkola Estès.