Cet article est le second d’une série d’articles pour partager notre expérience de vie concernant la création d’une Oasis en tous lieux au Portugal ou comment nous essayons d’incarner nos rêves. Ce deuxième article présente l’idée de cocréastère, de la vision qui soutend la création de l’Oasis des 3 chênes liège (Oasis dos 3 sobreiros).

oasis6_maisons_et_chenes

L’esprit Oasis :

L’Oasis, c’est avant tout un projet de vie alternative : aménagement du lieu en permaculture, jardinage sol vivant, banque de semences potagères traditionnelles, éco-construction, Alimentation Vivante, connaissance et intégration au mieux dans notre milieu naturel, utilisation des plantes sauvages comestibles et médicinales…

Mais pourquoi une Oasis au Portugal ?

Mais je devine votre première question « mais pourquoi le Portugal ? ». Me concernant, sincèrement, je ne sais pas ! je dirais que la raison principale a été de suivre mon intuition, j’avais envie d’aller au Portugal, cela résonnait en moi un peu comme un défi, partir vivre une nouvelle vie dans un pays dont je ne connaissais pas la langue. Je me suis dit, si j’y arrive après je serais capable de tout, pourquoi pas même un jour partir au Brésil ? Je peux tout de même parler un peu des circonstances qui nous ont amené vers l’idée du Portugal. Jorge, cofondateur de l’Oasis est d’origine portugaise et m’avait fait visité le Portugal à plusieurs reprises et il faut avouer que j’ai eu de suite une affection particulière pour ce pays, pour les portugais. Les portugais sont en règle générale très accueillants, gentils (un peu comme les cht’i… oui, j’avoue, je suis originaire du Nord de la France). La vie au Portugal et spécialement dans l’Alentejo semble moins stressante, on y goûte un peu plus de liberté, le climat est agréable. La région où nous nous sommes installée, la cote Alentejane bénéficie de la proximité de l’océan et présente des températures agréables avec une moyenne en été de 28°C et de 10°C en hiver, autrement dit un climat parfait pour créer une Oasis paradis végétal. La société portugaise semble accuser un « retard » d’une dizaine d’années par rapport à la France ce qui lui donne des atouts indéniables : on y trouve encore de nombreux petits commerces (malheureusement beaucoup ferment avec le contexte actuel de crise), des artisans, les savoirs traditionnels sont plus proches et encore maîtrisés.

La vision qui soustend la création de l’Oasis

Mais abordons maintenant le sujet principal, la vision qui soustend la création de l’Oasis. Comme j’expliquais dans l’article précédent, nous avons pris le pari de partir à l’envers, de trouver le lieu, de s’installer, de pérenniser notre activité pour à terme ouvrir le lieu à d’autres personnes. Afin que d’autres personnes sur la même longueur d’onde nous rejoignent, il est nécessaire d’expliciter, de décrire cette longueur d’onde, c’est l’objectif de la rédaction de la Vision du projet d’écolieu.

Nous avons résumé la Vision de l’Oasis par cette phrase :

Création d’une Oasis – cocréastère*, terrain de jeu rêvé pour expérimenter avec terre Gaïa, les arbres, l’eau, la nourriture, l’architecture et d’autres consciences créatrices. Lieu d’expérimentation visant à l’autonomie relative et ouvert sur le monde pour échanger et partager des savoirs-faire et savoirs-être.

Si nous essayons d’expliciter un peu plus cette vision, chaque mot prend sens :

  • Oasis au sens étymologique du terme, une Oasis de verdure au milieu de l’Alentejo avec une abondance de légumes, de fruits, de plantes méditerranéennes, une oasis d’exubérance végétale, Oasis d’une vie riche, alternative, au milieu de la société actuelle, Oasis pour Oasis en tous lieux de Pierre Rabhi, Oasis-cocréastère selon les concepts de Vahé Zartarian*. Dans cette idée de cocréastère, il y a l’idée de vivre pour un temps sur un lieu favorable à notre transformation vers l’Homme de demain,
  • * Concept de cocréastères : « Beaucoup de ces jeux que j’ai évoqués entre les hommes, entre les hommes et les femmes, avec Gaïa, avec nous-mêmes, notre corps, nos croyances, nos rêves, etc., peuvent se jouer quasiment n’importe où. La vie offre continuellement des opportunités de se surpasser. Sauf qu’il est difficile ainsi d’aller très loin : difficile de se mettre en accord avec les rythmes cosmiques quand on mène une vie tissée d’obligations ; difficile de jouer avec Gaïa au cœur d’une ville ; difficile de maintenir le rêve de l’HOMME vivace quand on est seul… C’est donc dans des lieux que j’appelle cocréastères que l’essentiel va se jouer, à la fois lieux de vie et rassemblement d’individus désireux et prêts à œuvrer à la création du Nouveau, cocréastères pour cocon, pour création et co-création, pour Oasis, pour monastère, et plus encore. » extrait du livre « Vers l’Homme de demain » de Vahé Zartarian. Disponible à l’achat sur le site internet : http://co-creation.net/ ??????????
  • terrain de jeu : prendre plaisir à vivre sa vie, c’est le côté ludique de notre incarnation sur terre,
  • rêvé : d’une part parce que ce lieu est vraiment idéal pour ce type de projet, beaucoup d’eau et un climat clément vont permettre une exubérance végétale, de nombreux vals où l’on imagine des habitats cocons, de part et d’autre d’un lac à créer avec une passerelle qui passe par-dessus… d’autre part parce que nous avons pour intention de rêver notre vie et de vivre nos rêves.
  • expérimenter : on essaie, on fait des expériences pour évoluer en conscience, participer à notre niveau à créer un monde meilleur.
  • avec Gaïa : communiquer avec les esprits de la nature, essayer de cocréer avec eux, réaliser des structures végétales, expérimenter la permaculture
  • avec les arbres : des arbres-cocons, des cabanes perchées, une forêt fruitière, un verger de variétés anciennes et exotiques, une zone de bambous pour l’auto-construction,
  • avec l’eau : transformer un réservoir en piscine naturelle, créer un petit lac, installer un bélier hydraulique, de la phytoépuration, des petites mares, faire circuler l’eau sur l’Oasis,
  • la nourriture : là aussi nous expérimentons, créons, jouons : sans gluten, sans produits laitiers, végétariens, alimentation vivante… et pourquoi pas un jour ne plus manger du tout !
  • l’architecture : un bâtiment traditionnel en pisé, des mini-habitats cocons à l’image de chacun, beaux, harmonieux, bien intégrés sur le lieu (un cocon à notre image qui peut sans doute s’inspirer de ce qui a déjà été expérimenté, kerterre, yourte, cabanes perchées, dôme, zôme, structure végétale), pourquoi pas des structures tendues avec mini-dômes dessous (cuisine d’été, serre, douche…),
  • avec d’autres consciences créatrices : parce que nos pensées créent le monde, nous sommes des créateurs, parce que nous sommes faits pour vivre ensemble, que les autres sont notre reflet parfait pour nous faire évoluer en conscience… bien que ce soit un défi au quotidien.

Mettre en mots notre vision a aussi été l’occasion de définir les valeurs essentielles qui nous animent. Bien sûr, ce sont des valeurs que nous aimerions incarner, nous sommes tout comme vous en cheminement :

  • Souveraineté personnelle : chaque personne est sa propre souveraine. Nous pouvons choisir de reprendre la responsabilité pleine et entière de notre alimentation, de notre santé, de la construction de notre habitat, de notre consommation d’énergie, de la gestion de notre argent…
  • Libre de toute possession : que ce soit au niveau matériel, la terre, l’eau, les arbres, les personnes (là le sujet pourrait nécessiter un livre entier et bouscule beaucoup de concepts),
  • Conscience créatrice inépuisable et éternelle : jeu, cocréation, intention, nos pensées créent le monde
  • Nous ne faisons tous qu’un : permaculture, développement durable, amour inconditionnel, alimentation pranique Coucher_de_soleil
  • Ecologie : que ce soit l’écologie intérieure, respect de mon corps via mes choix alimentaires, mon choix de vie, mes systèmes de croyances (souveraineté personnelle), l’écologie relationnelle, communication non violente, respect de l’autre et l’écologie extérieure, développement durable (permaculture, agriculture biologique, compostage, toilettes sèches, phytoépuration), sauvegarde (flore locale, fruits, semences potagères)
  • Transparence : honnêteté, authenticité
  • Ne rien figer : la vie est faite pour évoluer et se parfaire indéfiniment (et nous aussi)
  • Simplicité : simplicité volontaire, esprit décroissance (pas dans le sens d’ascèse), c’est aussi acheter ce dont on a besoin mais bon, beau, cher, durable. Pour aller un peu au-delà des mots et des expressions que vous avez sans doute déjà lues et relues et vous partager encore un peu plus en détails sur ce que signifie cette idée de la simplicité volontaire pour moi : je crois que le bonheur est tellement simple … que la plupart des gens passent à côté ! l’année dernière j’ai dormi dehors en tente entre avril et octobre, cela peut paraître bizarre mais c’est absolument génial. Je m’endors au printemps avec le concert des grenouilles, de temps en temps j’entends la chouette, je profite de la Lune et des étoiles et le matin c’est assez magique. Mon réveil, c’est les mésanges (parfois une qui chante à 1 mètre de ma tête), puis j’ouvre la toile de tente, je vois le soleil se lever, je regarde le ciel, les nuages floconner, je tend les bras dehors pour caresser mes deux chats qui sont juste là devant. Alors, et vous, cela fait combien de temps que vous ne vous êtes pas allongés dans l’herbe à regarder les nuages floconner ?
  • Comprendre : comment tout cela fonctionne

Et voilà la vision, les valeurs qui soutendent le projet de cette Oasis-cocréastère au Portugal . Nous verrons dans les prochains articles, comment s’est déroulée notre arrivée sur le lieu et comment cela nous a impacté : notion de temps, déconstruction de la « persona » sociale, mise a nue face à soi-même… puis une réflexion sur la cohérence entre les idées, les paroles et les actes, comment « marcher sa parole ».

oasis13_cote_alentejane

Implication et projets Oasis :

Environnement

  • Aménagement du lieu en permaculture
  • Tenue d’un jardin expérimental qui s’inspire … de tous les concepts qui inspirent la jardinière : agriculture biologique, jardin sol vivant, permaculture, agroécologie, Findorn, électroculture, BRF & mycorhizes, micro-organismes efficaces EM …
  • Création d’une forêt comestible et fruitière
  • Participation à la sauvegarde des semences potagères traditionnelles, l’Oasis est gardienne de semences pour “Colher para semear” équivalent Kokopelli portugais et ambassadrice au Portugal du projet Graines de Vie initié par Philippe Desbrosses.

Réseau des Oasis , des amis de l’Oasis :

  • mettre en place des échanges avec d’autres écolieux, d’autres Oasis en tous lieux
  • garder le lien avec les belles personnes qui passent et sont séduites par l’Oasis pour cocréer ensemble …

Jouer avec l’architecture :

  • Création en 2016 du premier cocon de l’Oasis en éco-construction. L’idée est de créer un espace intime agréable, lumineux où la sensation intérieur/ extérieur est fusionnée. D’autres cocons par la suite seraient disponibles à la location

Développer le côté artistique, landart, jeu…