Je me suis amusée à faire pousser au jardin des graines à germer « Germline » de radis, et surprise ! les radis ne ressemblaient pas à des radis. Après un cycle végétatif beaucoup plus long que nos traditionnels radis de 18 jours, j’ai fini par découvrir au pied du feuillage abondant de longues racines blanches. C’était en fait des radis Daikon, très piquants ! Ne sachant qu’en faire, après quelques recherches, j’ai vu que les japonnais en rafolaient sous forme fermentée. C’est parti pour une nouvelle expérimentation. Je vous préviens de suite, l’odeur lors de la fermentation est épouvantable, une vrai odeur de chaussettes qui puent. Et puis, si l’on passe sur l’odeur et que l’on ose gôuter, le goût piquant du radis s’est nettement estompé avec la fermentation.

Ingrédients :

  • une botte de radis Daikon
  • gros sel de mer : 1% du poids des radis
  • eau de source (surtout pas d’eau chlorée du robinet)

matériel de lactofermentation : presse pour lactofermentation brève

Préparation :

Le secret de la lactofermentation c’est que tout doit être impeccable, la presse est nettoyée à l’eau bouillante puis laissée à sécher au soleil (ou à défaut sur un torchon propre).

Nettoyer les radis et les couper en rondelles d’environ 8mm d’épaisseur. Alterner dans la presse les rondelles et un léger saupoudrage de sel. Recouvrir d’eau de source.

La presse permet de maintenir les légumes, ici les radis constamment sous le jus de fermentation.

Laisser à fermenter 5 jours à température ambiante (je vous déconseille la cuisine vu l’odeur) puis descendre à la cave ou tout au moins mettre au frais et à l’ombre.

Vous pouvez consommer les pickes de radis fermentés au bout de 2 semaines.

??????????

id sem, eleifend ipsum risus et, Nullam Lorem