En 2012, nous avons autoconstruit à l’Oasis des «  Chênes (Oasis dos 3 Sobreiros – Portugal) une serre adossée, ultralégère, très économique et astucieuse. Cette année, nous avons déplacé et réalisé une seconde version doublée en taille de la serre Au long de cet article nous allons vous présenter la réalisation détaillée de cette serre ainsi que ces principales utilisations.

serre_versions2_vue ensemble2La serre, c’est un point clef du jardinier en permaculture. Elle offre de multiples usages et pour cette raison s’inscrit bien dans l’optique de la permaculture. En effet, avec une serre on peut :

  • Bien évidemment, préparer des semis toute l’année, notamment au printemps : tomates, poivrons, aubergines, cucurbitacées diverses, des salades, des choux…
  • Avoir des légumes toute l’année,
  • Elle permet d’avancer et de retarder les périodes de récolte grâce aux semis réalisés dans une ambiance plus clémente au printemps et grâce aux plants transplantés dans la serre à l’automne,
  • En Alimentation Vivante, c’est aussi l’endroit idéal pour préparer les jeunes pousses d’herbe de blé, de petits pois, de sarrasin… ou presque. J’ai une souris qui a aussi trouvé la serre géniale et s’y est installée. Et cette souris adore l’herbe de blé, va fouiller le terreau, mange les grains et me laisse la barquette inutilisable,
  • Comme la serre est adossée, nous pouvons bénéficier de l’inertie thermique pour la maison. Le mur de la maison rayonne de chaleur la nuit et maintient la serre à une température plus élevée. En hiver, c’est la serre chaude qui chauffe un peu la maison.
  • C’est un endroit agréable pour observer les petites plantules, se mettre au chaud, petit déjeuner, lire en début ou en fin de journée,
  • Et c’est déjà pas mal, non ?

Alors une serre facile à monter, pas chère et productive, çà vous intéresse ? C’est parti pour faire votre serre ?

 

Choix de l’emplacement de la serre

  • Nous avons choisit de mettre la serre contre la maison, ainsi la serre bénéficie de l’inertie thermique du mur, et elle est protégée des vents principaux. C’est un paramètre qui n’est pas négligeable ici car c’est une serre ultralégère et l’Oasis est située à 12 kilomètres de l’Océan, parfois nous recevons les vents de l’Océan.
  • C’est aussi très appréciable au quotidien d’avoir la serre à proximité de la maison. Je ne compte pas le nombre de fois où je suis allée vérifier si tout allait bien dans la serre la nuit. Cette précaution m’a permis de sauver les arbres à tomates d’un escargot goulu qui avait déjà fait disparaître toute une ligne de tamarillo. Cela m’a permis aussi de découvrir un crapaud qui aime les racines aromatiques et se cache dans la journée dans les pots de curcuma ou de gingembre.
  • L’exposition de la serre est Sud-Est, cela permet de profiter du soleil du matin et que la serre soit à l’ombre en début d’après-midi. Cette exposition est parfaite dans notre cas ; nous sommes au Portugal et les températures sont régulièrement de l’ordre de 25 à 30°C à partir du mois de mai.

Principe de réalisation de la serre

Les dimensions de la serre sont de 2,5 m hauteur x 2,5 m largeur x 7 m longueur. C’est une serre quart de rond adossée à un mur. La surface au sol est de 17,5 mètres carré ce qui permet déjà de s’amuser. Mais, à vrai dire, c’est vite rempli !

 

Les différents éléments qui composent la serre sont :

  • Une bâche assez épaisse et résistante aux UV pour couvrir la serre.
  • La structure en arceaux est réalisée à partir de tuyaux d’irrigation de 1 pouce ½ et de 4bars de pression qui seront maintenus en forme ronde grâce à des longues tiges souples d’eucalyptus vissées aux tuyaux côté intérieur. Faute d’eucalyptus, vous pouvez utiliser de belles perches de noisetier ou de bambous.
  • Il est possible d’utiliser quelques raccords (en T et à 90°) pour les jonctions entre les tuyaux, çà donne un aspect fini mais c’est aussi possible de faire sans.
  • Les arceaux sont fixés au sol sur un gros tronc d’eucalyptus assez lourd.
  • Des tiges d’eucalyptus sont utilisées en perpendiculaire aux arceaux pour compléter la structure et maintenir la bâche.

Choix des tuyaux d’irrigation

Pour la première version nous avions utilisé des tuyaux d’irrigation de 1pouce ¼.

Comme il nous manquait quelques tuyaux d’irrigation pour terminer la nouvelle serre (doublée en longueur), nous avons utilisé d’autres tuyaux qui nous restaient en 1 pouce ½ et supportant 4 bars de pression. Ces tuyaux sont beaucoup plus rigides et permettent d’avoir une forme beaucoup plus ronde et régulière. Pour ces tuyaux nous n’avons pas enfilé de bois à l’intérieur même du tube mais contre le tube, côté intérieur de la serre. Cela permet de ne pas percer le plastique de la serre qui est agrafé sur les tubes très lisses.

 

Les différentes étapes pour la mise en place :

  1. Mettre en place le tronc au sol (il est tellement lourd qu’il ne bouge plus ensuite)
  2. Mesurer et repérer sur le mur l’emplacement du tuyau qui sera à 2,5m de hauteur. Fixer (chevilles et vis) partiellement ce tuyau mais pas complètement pour pouvoir ensuite passer la bâche par derrière
  3. Fixer les tuyaux en arceaux perpendiculaires sur le tuyau haut d’adossement. Deux possibilités : soit les mettre en place avant de fixer le tuyau haut au mur avec des jonctions de tube en T et à 90° pour les angles. soit choisir une solution moins esthétique mais plus rapide : fendre les tuyaux en arceaux avec un cutter en bout et les enfiler autour du tuyau haut, les fixer avec une vis en travers.
  4. Les perches d’eucalyptus sont plus longues que les arceaux d’environ 50 cm et taillées en pointe. Du côté extérieur au tronc, un trou est réalisé à l’aide d’une tige métallique très lourde puis on y enfile la perche d’eucalyptus (il faut forcer et cela donne la forme ronde), une personne les maintient et une deuxième personne les fixent sur le gros tronc.
  5. Une tranchée de 40cm de profondeur est creusée le long du tronc afin d’enterrer et de tendre la bâche.
  6. Agrafer la bâche à partir du tuyau du haut. On commence par la passer derrière le tuyau le long des 7 mètres et au fur et à mesure on fixe complètement le tuyau. Faire attention à ce que la bâche soit bien mise horizontalement le long du tuyau pour qu’une fois dépliée sur l’ensemble de la serre elle couvre bien et ne soit pas mise de travers.
  7. Dérouler la bâche sur la structure et l’agrafer, l’enterrer en bas.
  8. Compléter par les structures latérales et les portes latérales

Ci-dessous les semis de ce printemps 2015 :

Nos astuces pour éviter les surchauffes de l’été :

  • Choix de l’exposition Sud -Est, après 15h plus de soleil, c’est parfait.
  • La serre dispose d’un petit réservoir de stockage de l’eau d’arrosage. Cela représente une autre masse d’inertie thermique (avec le mur d’adossement) qui permet de réguler les écarts de température.
  • Nous avons récupéré les charnières d’anciens volets de porte pour réaliser deux grandes portes pour la serre. Elle s’ouvrent en grand pour l’aération mais sont aussi dégondables et nous pouvons les enlever complètement pour la période estivale.

Prochaines améliorations envisagées :

  • Nous prévoyons de réaliser deux fenêtres par le haut que nous pourrons ouvrir avec une perche afin que la chaleur puisse sortir de façon naturelle en été.
  • Nous aimerions aussi tenter de fixer par-dessus la serre un voile de tissu blanc pour l’été.

 

Pour la petite histoire

Pour le « rondin » au sol de la nouvelle serre, il a fallu trouver un nouveau rondin deux fois plus long de 7 mètres… C’est l’ancienne poutre maitresse de la charpente du bâtiment dont nous avons refait le toit. Il était enterré sous un peu plus d’un mètre de gravas et sur 1/3 de sa longueur. Nous avons pioché pendant deux journées et n’arrivions toujours pas à le sortir de son emplacement. Nous l’avons alors encordé avec le Pickup et ouf, réussi à le sortir. Pour le déplacer à deux personnes jusqu’à la serre nous l’avons encordé, puis tiré avec le pickup au plus près, puis posé sur une brouette que nous avons eu bien du mal à tenir en équilibre pour les derniers mètres, nous l’avons ensuite fait tomber à bout de forces tous les deux et il s’est posé exactement au bon endroit.

Même si les perches d’eucalyptus pourrissent à terme dans le sol, elles sont fixées sur ce rondin de bois qui sera encore là dans 10 ans. La serre a donc un bel avenir devant elle.

 

Quelques chiffres pour conclure : la serre nous aura coûté moins de 100euros et 4 journées de travail à deux personnes.

 

J’espère que cet exemple pourra inspirer d’autres réalisations. Si vous vous lancez dans une serre jumelle, envoyez nous les photos de votre serre réalisée, je les publierai sur le site internet de l’Oasis !

 

Articles connexes :