Aujourd’hui je souhaite partager avec vous l’une des plus belles histoires de l’Oasis. çà se passe dans un coin de Nature au fin fond du Portugal, au milieu d’une forêt de Chênes liège en l’an 2016… Cette histoire s’intitule « Femme qui court après la renarde ».

Femme qui court après la Renarde : une rencontre magique à la tombée de la nuit

Oasis des 3 Chênes, Alentejo – Portugal. Vendredi 17 juin 2016, 20h40.

Nous sommes bientôt à l’équinoxe d’été. Jorge, Tjasa et moi avons profité de cette longue journée pour travailler à la fraiche au jardin le soir et mettre des structures pour tenir les 80 pieds de tomates anciennes. Nous sommes encore à table dans le séjour, plus pour discuter après un repas très simple de fruits. Dehors, la nuit commence à tomber, on voit encore assez bien à travers la baie vitrée qui donne sur la forêt de Chênes liège, un panorama magnifique dont je ne me lasse pas avec les années.

Soudain, dans l’angle gauche de mon champ de vision, à travers la baie vitrée, je vois une forme furtive passer : 3 couleurs, un peu de roux, du brun et du blanc. Tiens, un chat étranger ? Je me lève pour voir l’inconnu et reste interloquée, je vois devant la porte de la baie vitrée une jolie renarde maigrichonne qui me regarde avec attention. Vite, vite, je cherche mon téléphone pour la prendre en vidéo, c’est tellement rare, c’est une super chance ! Je reviens et j’ai juste le temps de filmer la renarde qui part en filant… avec une de mes crocs dans sa gueule !

01_Habitat_arriere1S’ensuit une scène digne d’un dessin animé où je sors de la maison et commence à lui courir après en répétant plusieurs fois « Ben, ma chaussure ! Elle est partie avec ma chaussure !» avec Jorge et Tjasa qui sortent de la maison aussi et restent derrière moi éclatés de rire. Un peu plus loin, la renarde s’arrête et m’attend après le fil à linge, juste derrière le buisson de physalis. Elle me regarde, toujours avec ma chaussure dans sa gueule, comme si elle s’assurait que je la suivais bien « mais pourquoi tu as pris ma crocs ? » et hop, elle repart de nouveau en filant vers la forêt. Je la suis encore en courant, vous imaginez bien … pas assez prestement pour la rattraper ! Mais toutefois dans la bonne direction pour retrouver une trentaine de mètres plus loin ma chaussure à l’orée de la forêt de chênes liège.

Femme qui court après la renarde… affamée ?

Outre les rires et l’aspect sympa de la scène, je me dis toutefois que c’est assez inhabituel pour ne pas dire délirant pour être vraiment significatif, juste quelques jours avant de rédiger cet article sur le Féminin et la reconnexion avec la Nature pour le magazine le Chou brave ! Ce n’est pas une scène qui arrive comme çà par hasard.

Femme qui court après la renardeLe premier niveau d’interprétation selon moi, c’est tout simplement que la renarde a tellement faim qu’elle cherche à survivre et à trouver désespérément de la nourriture. Elle a pour le coup frappé à la bonne porte. Nous n’avons pas de poule (les gens qui ont des poules ont souvent très peur que le renard vienne les manger), un chat mais je me souviens de jappements bizarres que j’ai déjà entendus la nuit à plusieurs reprises, j’en conclus qu’ils ont déjà fait connaissance. C’est donc décidé, je vais l’aider à compléter un peu son régime alimentaire. Le soir même, j’ai déjà acheté quelques poissons en promotion en fin de date et des petites pommes.

Vous vous doutez que l’histoire ne s’arrête pas là…

Rendez-vous dans le prochain article dans quelques jours pour la suite des aventures de la « Femme qui court après la Renarde ». A bientôt !

Cette parenthèse à l’Oasis vous a plu ? N’hésitez pas à me laisser votre commentaire ci-dessous.

fringilla ut neque. libero. at Lorem mi, Praesent