La problématique était la suivante : trouver des légumes qui donnent en abondance avec un minimum de travail, qui se consomment en hiver et pourraient être utilisés comme base pour les salade, les jus, les sauces, les soupes en Alimentation crue. Et bien, vous savez quoi ? j’ai trouvé ! Consultez la page suivante pour découvrir le premier légume chouchou… le Chouchou.

Voici le second légume chouchou du permaculteur crudivore, le yacon ! Découvrons plus en détail ce légume, un petit descriptif botanique, la culture du yacon et ses utilisations crues.

yacon_plantDescriptif botanique

Originaire du Pérou, la Poire de terre ou Yacon, de son nom latin Smallanthus sonchifolius, est une plante vivace tubéreuse de la famille des Astéracées. Yacon signifie ‘racine d’eau’ dans le langage des incas

Elle ressemble au topinambour et au tournesol de par sa configuration spatiale et son exubérance, elle est encombrante et donne en abondance. Les tiges sont très hautes et très robustes (environ 1,5 mètres de haut) ornées de grandes feuilles triangulaires. Son cycle de pousse prend du temps et ce n’est qu’à l’automne que vont apparaître de petites fleurs jaunes. La poire de terre est cultivée pour ses tubercules comestibles, croquants et au goût sucré. Ils ont la forme de grosses patates douces.

 

 

yacon_fleurPermaculture

J’ai découvert ce légume dans le Calendrier lunaire de Michel Gros en 2012. Publicité oblige, juste après la parution du calendrier, les quelques jardineries qui en vendaient par correspondance avaient épuisé leur stock de plants, impossible d’acheter un tubercule. Résignée, je me suis dit que j’en étais quitte à attendre un an. Et aussi peu plausible que ce soit, à une foire de troc de semences au fin fond de l’Alentejo (Portugal), j’ai trouvé une dame qui avait un petit stand de plantes à vendre avec un seul et unique plant de yacon qui m’attendait.

Après 3 années de culture du yacon, je trouve ce légume-fruit vraiment intéressant, il est facile à cultiver, demande peu de travail, ne connaît ni nuisible ni maladie et produit en abondance.

Semis : je n’ai pas l’impression que ce légume peut se reproduire facilement par semis. En effet, le cycle de vie de la plante est assez long, les fleurs arrivent très tardivement et sont relativement anecdotiques. Je n’ai pas remarqué de formation de semences après la floraison.

Plantation :

yacon_tuberculesTout comme le topinambour, c’est par ses tubercules que la plante se repique. Pour récupérer un tubercule, il vous faut donc soit venir à l’Oasis en février mars J , soit trouver un jardinier près de chez vous qui en cultive, soit en acheter en jardinerie. Lorsque vous déterrez un plant de yacon, vous avez une grosse souche ronde centrale que vous pourrez repiquer, autour de cette souche il y a des tubercules qui ressemblent à de petits topinambours, c’est ces tubercules que l’on repique pour faire de nouveaux plants. A noter que ces tubercules ne sont pas bons au goût, je n’ai pas l’impression qu’ils soient vraiment comestibles. Et enfin, tout autour et dessous, vous trouverez les poires de terre proprement dites, qui ont une forme de grosse patate douce et une peau marron clair. Celles là ne se repiquent pas, elles finissent par pourrir si elles restent en terre.

Selon votre zone de culture, vous pouvez :

  • Zone méditerranéenne : remettre en terre à l’emplacement choisi la souche principale et les tubercules que vous avez éventuellement séparés pour multiplier vos plants de poires de terre. Pailler avec une bonne épaisseur pour protéger du froid. Pour ma part, je suis passée de 2 m2 cultivés la première année (avec un tubercule acheté et coupés en quatre), à 6 m2 la seconde année, et 10 m2 la troisième année.
  • Région plus froide : repiquer des tubercules ou des morceaux de tubercules dans un pot et les garder dans la serre entre la récolte de fin d’hiver et le repiquage en pleine terre. Mettre le tubercule en terre au début du printemps après les dernières gelées.

Conditions de culture : une bonne exposition, une terre humifère et bien drainée. Espacer largement les plants, a minima 1 mètre entre chaque plant. Même si la poire de terre ne nécessite pas trop de fumure, le rendement sera fonction de l’apport de compost.

Récolte :

Le yacon est donc un tubercule très juteux et très croquant. Ce n’est pas vraiment un légume que l’on va chercher au jardin juste avant de manger car sa récolte demande un peu de temps.

La récolte s’effectue en zone méditerranéenne en fin d’hiver de janvier à mars. Il est possible aussi de le cultiver sous des régions plus froides, dans le Nord de la France ou en Belgique. Dans ce cas, le récolter le plus tardivement possible, après les toutes premières gelées mais avant que le sol ne soit lui aussi gelé.

Je récolte à la grelinette, j’aère tout autour du plant puis j’essaie de le déterrer délicatement pour ne pas casser les tubercules qui éclatent très facilement. Le rendement est fonction de l’absence de gelée automnale car c’est à cette période que se forme les poires. C’est vraiment à partir de la deuxième année en place que les plants donnent en quantité. Compter par plant une dizaine de kilos de poires pour un plant de 2 ans. Les poires de terre se conservent très bien jusqu’au printemps, dans un endroit frais et aéré.

 

Vous trouverez une vidéo explicative sur la poire de terre sur ma chaîne Youtube à l’adresse suivante « Grainesdevie, Culture de la poire de terre (Yacon) ».

Utilisations culinaires

Voilà un nouveau légume-fruit bien intéressant en Alimentation Vivante car il vient compléter la palette des légumes habituels en hiver, une époque où la variété des légumes disponibles au jardin est moindre. Voyons les utilisations possibles :

Texture et saveur : bien que ce soit un tubercule, ce légume s’apparente plutôt à un fruit. Il est très juteux, croquant. Sa texture est entre la pomme et la pastèque. Côté saveur, son goût n’est pas très prononcé et légèrement sucré. Il paraît pertinent de récolter un plant entier de yacon, de stocker les tubercules dans une cagette dans votre remise et de les laisser se flétrir un peu. Les poires deviennent alors plus sucrées.

Utilisations en cru :

  • nous avons mangé pratiquement tout le temps ces tubercules à la croque, après lavage et épluchage (avec un couteau céramique pour éviter l’oxydation). Ils sont très bons ainsi, tout simplement.
  • c’est possible aussi de les découper en cubes dans une salade,
  • de les mettre dans un jus,
  • de les découper en tranches et de s’en servir comme base comme des tranches de pain pour une tartinade sucrée ou sucrée salée.
  • et sans doute aussi en fruit séché.

Utilisations en cuit :

  • Les poires peuvent aussi être mangées cuites en sautées, en gratin, en gâteau,
  • Les feuilles sont également comestibles et se « farcent » comme les feuilles de chou ou de vignes,
  • Les feuilles séchées sont parfois utilisées en guise de thé.

 

Propriétés

La poire de terre est riche en inuline, un sucre indigeste, qui donne au tubercule son goût sucré. Comme ce sucre n’est pas absorbé ou digéré par notre organisme, les poires de terres sont très peu caloriques. L’inuline a aussi un effet prébiotique qui stimule la croissance des bactéries intestinales bénéfiques ; ce qui aide à améliorer l’absorption des minéraux, booste le système immunitaire et favorise une bonne digestion. Ce tubercule serait particulièrement intéressant pour les personnes diabétiques. Il est possible de le trouver sous forme de sirop.

ut id, quis, Praesent odio dapibus vel, libero fringilla